Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
reptiblog
Description du blog :
Blog sur la térrariophilie grenouilles,gecko,serpents,mygales,...).Venin,lieu,descriptions !
Catégorie :
Blog Environnement
Date de création :
03.02.2009
Dernière mise à jour :
13.07.2012

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actualites (13)
· Batraciens ( grenouilles ) (5)
· Chéloniens ( tortues ) (6)
· Crocodilidés ( crocodiles ) (3)
· Divers ( information , etc ) (31)
· Invertébrés ( mygales ) (8)
· Ophidiens ( serpents ) (16)
· Sauriens ( lézards ) (12)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or reptiblog
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Pauvres serpents!!!
· Elaphe guttata
· Les serpents venimeux.
· Vipère a corne.
· Pogona vitticeps ( Dragon barbu )

· Chamaeleo calyptratus
· Le dragon de Komodo (Varanus komodoensis)
· La ferme tropical.
· LA BIOLOGIE DES SERPENTS
· peur des serpents
· crocodile attack
· Serpent dangereux!
· Eublepharis macularius
· L'orvet
· Crocodile du Nil

Voir plus 

Statistiques 105 articles


Derniers commentaires

les reptiles ne sont en aucun cas comparables aux animaux "domesticables " , il est possible d'en obtenir une
Par reptiblog, le 28.09.2012

est-il possible d'en domestiquer un ?
Par Anonyme, le 24.08.2012

merci je prendrais vos conseil a bientot si besoin
Par delaunay+rachel, le 16.07.2012

tout dépend des serpents déjà installés , personnellemen t j'éviterais de mettre un petit nouveau avec des ser
Par reptiblog, le 16.07.2012

puis je mettre un autre male merci
Par delaunay+rachel, le 15.07.2012

Voir plus

RSS
Recherche

Clemmys guttata

Clemmys guttata

Publié le 28/05/2010 à 18:32 par reptiblog
Clemmys guttata
Clemmys guttata


La tortue ponctuée ou clemmyde à gouttelettes est une espèce tortue de la famille des Emydidae.


Répartition


D'après Ernst, Clemmys guttata se rencontre sur la côte est de l'Amérique du Nord : du Canada (centre de l'Ontario, sud du Québec) au nord de la Floride. Si son aire de répartition est très étendue, son habitat est aujourd'hui très fragmenté.


Description générale


Clemmys guttata fait partie des plus petites espèces de tortues, sans sous-espèce reconnue, avec une faible variabilité géographique. La dossière dépasse rarement 125 mm. Elle est noire, parsemée de points jaunes en nombre variable selon les individus (il existe des spécimens mélaniques, dépourvus de points). La couleur de fond du plastron est jaunâtre/orangée, largement couverte par deux zones symétriques longitudinales de taches noires. La tête et les membres sont noirs, mais les parties inférieures sont plus pâles : grises à orangées. Les points jaunes sont présents sur les pattes, la tête et le cou. Des taches jaunes discontinues s'étendent de l'arrière de l'œil vers la base du cou. Les juvéniles montrent généralement un seul point par écaille, le nombre augmentant au cours de la croissance. La dossière devient lisse chez l'adulte.


Dimorphisme sexuel


Outre les différences communes à une majorité de chéloniens, concernant la queue (celle du mâle est plus épaisse à la base, le cloaque situé plus à l'extérieur) et le plastron (concave chez le mâle) :

mâle : iris marron-rouge, menton grisâtre. Les taches jaunes sur le cou sont généralement plus réduites que chez la femelle
femelle : iris jaune/orange, menton orange.
La différence de couleur du menton s'observe déjà plus ou moins nettement chez les nouveau-nés.


Habitat


C'est une espèce liée à différents types de milieux humides caractérisés par un sol mou, riche en humus, une végétation émergente abondante et des zones aquatiques peu profondes : marécages, tourbières, petits ruisseaux, mares temporaires, zones forestières humides...

Clemmys guttata peut exploiter différents milieux durant l'année : une étude canadienne a montré qu'une population de l'Ontario passait la période d'activité dans les marécages mais hibernait invariablement dans des tourbières voisines (Habitat selectivity of Clemmys Guttata in central Ontario - Tim Haxton et Michael Berrill- 1998). Plus au sud de l'aire de répartition, des populations quittent les marécages pour les bois environnants pendant les périodes les plus chaudes pour y estiver.


Régime alimentaire


La nourriture inclut une grande variété d'invertébrés :

crustacés (gammares, jeunes écrevisses, branchiopodes dans les mares temporaires...)
larves et adultes d'insectes aquatiques (odonates, éphéméroptères, trichoptères, coléoptères, diptères...) ou insectes tombés sur l'eau (orthoptères)
lombrics
et quelques vertébrés occasionnels :

larves d'amphibiens, poissons morts...
Les mollusques aquatiques (limnées, planorbes…) ne semblent pas être des proies régulières, et les végétaux sont plutôt pris accidentellement lors de l'ingestion d'une proie : algues filamenteuses, lentilles d'eau (observation personnelle).



Reproduction


La maturité est atteinte plus rapidement au sud de son aire de répartition, en 7 à 10 ans à 9 cm (longueur de la dossière). Au nord, Clemmys guttata ne semble pas se reproduire avant d'avoir atteint 10 cm, entre 11 et 15 ans.

Clemmys guttata est active de mars à octobre. Elle peut cependant émerger pendant l'hibernation lors de journées particulièrement douces. La période de reproduction commence peu après la sortie d'hibernation. Les accouplements se produisent généralement jusqu'au mois de mai, les pontes, de fin mai à fin juin, plutôt le soir ou en début de nuit, parfois en fin d'après-midi par temps couvert.

Les œufs, sans être mous, ne sont pas très calcifiés. Couramment 2-3 œufs par ponte. Généralement une seule ponte par an dans des conditions naturelles, souvent plus en captivité. L'éclosion a lieu en août/septembre après une incubation de 44 à 83 jours. La durée de 44 jours correspond à des valeurs de température élevées et quasi constantes, cela ne se produit probablement jamais en conditions naturelles et n'est peut-être pas sans conséquence sur la viabilité des nouveau-nés. À l'éclosion, la dossière mesure entre 23 et 31 mm. Comme la plupart des espèces de tortues, la température d'incubation intervient dans la détermination du sexe. Selon Ernst, les œufs incubés à des températures comprises entre 22.5 et 27°, produisent une majorité de mâles, exclusivement des femelles à 30°.


État des populations


Les populations de Clemmys guttata subissent une régression très importante dans de nombreuses zones de son aire de répartition. À l'instar d'autres espèces, des facteurs biologiques et écologiques concourent à sa vulnérabilité face à la pression humaine ; une maturité tardive, un taux de reproduction relativement faible, une dépendance à un ensemble de milieux très menacés... Elle a complètement disparu de régions où elle était encore abondante au début du XXe siècle, elle est souvent devenue rare ailleurs.

Les causes en sont directement ou indirectement humaines :

d'abord, la destruction de son habitat : les zones humides sont encore souvent perçues comme insalubres et de plus inintéressantes sur le plan économique. Elles sont "valorisées", par le drainage et la canalisation des eaux à des fins de reconversion en terres agricoles ou zones urbaines.
certaines routes fractionnent des territoires et causent une mortalité importante lors des migrations.
la destruction, parfois en toute inconscience, des aires de ponte, lors de travaux d'aménagement peut causer indirectement la disparition d'une colonie. Les tortues sont alors contraintes à exploiter des zones moins propices à l'incubation des œufs ou bien à des migrations qui augmentent les risques de prédation sur les femelles cherchant à pondre. Par ailleurs, on a observé, chez d'autres espèces, que la multiplicité des aires de ponte limite la prédation sur les nids. Cette prédation peut affecter presque totalement la reproduction d'une colonie lorsque les nids sont concentrés dans une même zone.
les pollutions aux multiples origines : Clemmys guttata tolère moins bien que d'autres espèces la présence de substances toxiques (elle peut-être considérée comme un indicateur de la qualité biologique d'un site).
les prélèvements inconsidérés, légaux ou illégaux, pour le marché de la terrariophilie.
la prolifération de certains prédateurs opportunistes qui ont su tirer parti de l'anthropisation de leur milieu, comme le raton laveur. Une surpopulation de ces prédateurs peut à court terme détruire une colonie.


Statut légal et protection


Aux USA, le statut légal de Clemmys guttata varie selon les états où cette espèce est présente naturellement. Elle est aujourd'hui protégée dans une grande partie de son aire de répartition, la réglementation est propre à chaque état (voir tableau en annexe [1]).

Au Canada, elle a un statut d'"espèce vulnérable", elle bénéficie d'un certain niveau de protection, notamment par une loi récente pour la conservation des espèces sauvages, Fish and Wildlife Conservation Act.

La protection implique l'étude et la surveillance des populations, la conservation des zones marécageuses.